Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Groupe de chants de marins

La polka des marins (Trad)

 

 

Sol                                                                                   Ré

Jean-François, pour aller au bal, s'habille en amiral

Sol                                                                   Ré                 Sol
Bottes et casaque, chapeau ciré, Jean-François est paré.

 

Sol                                                     Ré         Sol

Savez-vous, les gars, danser, danser la polka ?

Sol                                          Ré                  Sol
Aimez-vous valser, la mer va vous faire danser.

La barque aussi s'est mise en frais, de la quille aux agrès
Elle s'est parée à triple tour de ses plus beaux atours.

Le vent qui souffle de partout accorde son biniou,
Il n'connaît pas beaucoup d'refrains, mais ils sont tous marins.

 

Do                                                                   Sol

Do                                                 Sol             Do

 

La mer a dû boire un coup d'trop, elle qui ne boit que d'l'eau,
Elle saute à tort et à travers, la chemise à l'envers.

Elle a le béguin des voiliers, ses meilleurs cavaliers,
Elle les pétrit à tour de bras jusqu'à les foutre en bas.

A coup d'tangage, à coup d'roulis, les mat'lots assoupis
Vont en mesure et bord sur bord avec le bout dehors.

Ça manque de filles mais on s'en fout, on est mieux entre nous,
Les filles malgré leur bon coup d'reins n'ont pas le pied marin

 

 

 

Adieu, cher camarade (Trad)

 

 

Sol                                                                        Ré

Adieu, cher camarade, adieu, faut nous quitter

Ré7                                                               Sol
Faut quitter la bamboche à bord il faut aller !

                                                                     Ré
En arrivant à bord, en montant la coupée,

Sol                                       Ré              Mim
A l'officier de quart il faudra se présenter

Ré                             Sol
Faudra se présenter.

Jours de fête et dimanches on nous fait travailler
Comm' les bêtes de somm' qui sont chez nos fermiers
Pour ration, des gourganes, des biscuits pleins de vers
Le quart de vin en bas et la nuit, les pieds aux fers,
La nuit, les pieds aux fers.

Et vous, jeunes fillettes qui avez des amants
Bourlinguant tout là-bas à bord des bâtiments,
Ah ! soyez-leur fidèles, gardez bien votre coeur
A ces marins modèles qui ont tant de malheur,
Qui ont tant de malheur.

Et si je me marie et que j'ai des enfants,
Je leur cass'rai un membre avant qu'ils ne soient grands
Je ferai mon possible pour leur gagner du pain
Le restant de ma vie pour qu'ils ne soient pas marins
Qu'ils ne soient pas marins

 

 

 

Le Forban

 

 

A moi forban, que m'importe la gloire

                       La                                      Ré
Les lois du monde et qu'importe la mort !

             Ré
Sur l'océan j'ai planté ma victoire

                         La                               Ré
Et j'bois mon vin dans une coupe d'or

                 Sol                                  Ré
Vivre d'orgie est ma seule espérance,

                       La                                 Ré
Le seul bonheur que j'ai pu conquérir ;

                         Sol                                     Sim

C'est sur les flots qu'j'ai passé mon enfance

                         La                                     Ré

C'est sur les flots qu'un forban doit mourir



{Refrain:}

La                Ré

Vin qui pétille,

Sol                  Ré
Femme gentille,

                      La                             Ré

Sous tes baisers brûlants d'amour,

Plaisirs, bataille,

Vive la canaille !

La                                                       Ré
je bois, je chante et je tue tour à tour

Peut-être au mât d'une barque étrangère,
Mon corps un jour servira d'étendard;
Et tout mon sang rougira la galère :
Aujourd'hui fête et, demain, le hasard...
Allons esclave, allons, debout mon brave !
Buvons la vie et le vin à grands pots !
Aujourd'hui fête et, demain, peut-être,
Ma tête ira faire son trou dans les flots.

Peut-être un jour, par un coup de fortune,
Je capturerai l'or d'un riche galion.
Et riche, alors, à vous acheter la lune,
Je m'en irai vers d'uates horizons...
Là, respecté tout com me un gentilhomme,
Moi, qui n efus qu'un forban, qu'un bandit,
Je pourrai comme le fils d'un roi, tout comme,
Comme un bourgeois mourir dans un vrai lit

 

 

M’EN REVENANT DE LA ROCHELLE

 

 

M’en revenant de La Rochelle

Je rencontre mam’zelle Hélène

 

La fille de mon capitaine

Elle m’a donné pour étrennes

 

Un navire en bois d’ébène

que j’avais mis en carène

 

Le capt’aine qui le commande

Est une dame du monde

 

Des fillettes de quinze ans

Ont enfléché les haubans

 

Et les gabiers d’artimon

Sont tous de fameux garçons

 

En prenant de la hauteur

On s’approche de l’Equateur

 

Vit un gabier de misaine

Qui descendait tout en peine

 

Qu’avez vous donc à pleurer

Je pourrai vous consoler

 

Vous ne pouvez rien y faire

Car ma peine est trop amère

 

Ce que j’ai perdu n’est rien

Les chemins s’en revient

Voir les commentaires

Hébergé par Overblog